Le Danseur intérieur, association 'La Vie en Mouvements' Le Danseur intérieur, association 'La Vie en Mouvements'

La danse libre

L'enseignement

"Pour danser, il faut avoir écouté le mouvement perpétuel des arbres, même quand il n'y a pas de vent, car les arbres vivants ont toujours leur mouvement, comme les plus profonds silences ont toujours leur musique..."
Ainsi s'exprimait Malkovsky, danseur et chorégraphe d'origine tchèque. Pour lui, la danse c'était être à l'écoute du mouvement dans la nature comme dans son propre corps. De l'observation de la nature (des oiseaux, des arbres dans le vent, des flammes, de la mer et de ses vagues) on peut dégager des lois fondamentales et les vivre ensuite à travers notre corps, en respectant notre physiologie et sa logique interne.
En nous appuyant sur ces principes de base et sur notre ressenti, nous travaillons à travers des mouvements précis pour développer un geste libérateur et harmonieux, un geste qui parle. Car danser c'est exprimer - à partir de notre centre profond, à partir de la musique, du silence musical. C'est retrouver l'origine et l'intention du mouvement. On ne danse pas qu'avec son corps. On danse avec tout son être. Dans le moindre exercice nous recherchons cette qualité de présence. Ainsi, des gestes simples peuvent devenir très beaux.
Simple ne veut pas dire facile. Il nous faut progressivement dénouer les crispations et abandonner les raideurs qui bloquent la libre propagation du mouvement, pour accéder à un geste de plus en plus délié, fluide et harmonieux. On se sent plein d'énergie, plus léger, plus détendu, plus vivant. Tout ceux qui le désirent peuvent danser et la danse est d'emblée source de joie.
Martine Puynège, élève de Malkovsky

Une danse libératrice

A l’écoute de mon corps, de mes sensations, de mon ressenti, je danse.
J’apprivoise cette part de moi-même si proche et souvent méconnue : mon propre corps. A travers des mouvements, simples au départ et progressivement plus complexes, je réapprends les lois naturelles du mouvement, principes fondamentaux qui régissent aussi bien le fonctionnement de mon corps que les mouvements de l’univers qui m’entoure.
J’apprends à regarder les formes dans tout ce qui vit et bouge autour de moi : les petits enfants dans leurs jeux, le vent dans les arbres, l’écorce des arbres et sa singulière parenté avec les traces de l’eau dans le sable, des herbes au fond de la rivière, ces rochers aux rondeurs maternelles, et ces autres qu’on dirait écorce, le vol des oiseaux, entre vivacité et majesté, l’éternelle transformation des nuages et la mer, au rythme lunaire, au flux et reflux berceau, dans ses impétueux jaillissements et son immensité,…
Regarder pour ensuite traduire ces rythmes essentiels dans mes mouvements, dans ma danse. Pour laisser ce souffle inspirer mes gestes et me mouvoir dans un espace neuf, plus ouvert. La musique est là, très présente. Vibration sonore qui, elle aussi, peut inspirer le mouvement, le porter. Harmonie entre le rythme, la mélodie, le pouvoir d’évocation de la musique et le geste.
Je touche à l’esthétique par l’authenticité du vécu.
Et je suis touchée dans tout mon être. Car le corps, l’esprit et le cœur sont tous pris dans cet élan joyeux de vie.
Bonheur de danser, de rencontrer l’autre (les autres) en dansant - bonheur qui se distille ensuite au fil de mes journées .
Martine Puynège
22 Juillet 2010



Conditions d'utilisation du site
Copyright 2010 La Vie en Mouvements
liens